Lettre du 26 Juin 2016 : Mon aventure, mon équipage.

Cap de bonne espérance, dimanche 26 juin 2016

Mes amis, mes accompagnions,

Je vous écris cette lettre ce soir depuis ma chambre. En effet je fais une halte à l’hôtel du valeureux aventurier, pour prendre un repos bien mérité.

Cependant je ne peux m’empêcher de vous écrire ces lignes, ma plume me démanche. Une telle aventure je ne peux que vouloir vous la partagée, elle est trop grande, trop intense pour n’être portée que par un seul être. Et je vous l’avoue mes compagnons, vous me manquiez.

Vous souvenez comment nous nous sommes rencontrés dans ce pays enfantin peupler d’espoirs, de poètes, de muses et de jeux. Une de ces rencontres au détour d’un hasard, suivit d’une envie. Notre seul point commun, nous aspirions tous à un grand voyage. Une de ces aventures épiques peuplée d’ombre et de lumière, d’être malicieux tentant de nous faire trébuché, ces gardiens bienveillants, nous préservant des dangers à venir ; et pour finir de héros nous aidant à terrasser les bêtes les plus effrayantes.

Assez parler de nous, il est temps de vous présenter notre équipage. Il m’est impossible de poursuivre ce récit sans vous les présenter, cette épopée est -elle que sans eux elle reste incroyable.

Il y a d’abord nos capitaines, oui je vous dis bien nos capitaines. Guidé par leur expérience et leur sagesse, ils décidèrent qu’un seul capitaine ne suffisait pas pour naviguer sur les eaux tumultueuses de la mer du passé jusqu’aux mont « avenir ». C’est ainsi que naquis cette trinité.

Pour le reste de notre équipage, il se compose comme suit :

Il y a d’abord « L’ingé », toujours aux aguets il veille sur nous à chaque instant pour que soyons toujours équiper au mieux pour cette traversée. Ensuite il y a « cocotte », elle nourrit nos corps ainsi que nos cœurs chaque jour. Passons maintenant à « Prof », il est notre témoin, cette petite voix qui par quelques murmures savants nous rappelle que nous sommes tous sur le bon chemin. Il y à aussi l’artiste, colorée et douce ; elle nous rappelle que l’aventure est toujours plus belle quand on à le sourire.

Nous en arrivons maintenant aux renforts que nous avons eu la chance d’avoir pour ce voyage, il y a « Boss », nous étions tous impatient de la rencontrée. Car au cours d’une de ces soirées au détour d’une discussion sa réputation l’avait précédée : « Leader née, elle impressionne par sa force emprunte d’une infinie douceur ». Et enfin il me reste à vous présenter « Doucette », après un long voyage d’une année ; elle à choisis notre équipage pour reprendre la mer. Emplie d’une douceur maternelle, et d’une sagesse qui ne s’acquière qu’au fil de ces long périple en solitaire, elle est notre fil d’Ariane. Posant le geste juste au moment le plus juste.

Vous comprenez maintenant pourquoi je suis arrivé à bon port, il était impossible qu’il en soit autrement avec ces héros comme compagnons.

Nous avons donc pris la mer et très vite nous sommes arrivés sur les rivage d’un pays étrange, un foret luxuriant ou l’on pouvait entre apercevoir ça et la des arbres débordant de fruit plus appétissante les uns que les autres. Ceux-ci étaient pourtant inaccessible, car un être immense muni d’un bouclier écu nous barrait le chemin. Ses seuls mots à notre intention furent « Votre voyage commence ici, qui deviendrez-vous demain ? ». Je n’ai que très peu de souvenir des moments qui suivirent, il ne m’en reste que cette sensation. Je n’étais pas seul, je pouvais sentir chacun de mes camarades me porter et me souffler à l’oreille « Nous sommes là ». Quand soudain, après avoir marché plusieurs jours, accompagner par cette promesse, « Nous sommes là », j’arrivais fasse à cette immense porte. Seule entrée d’une frontière impénétrable. Il y avait ce message gravé dessus « Voyageurs, ici se termine le monde connu. Entrez si tel est votre souhait ».

Ce n’est qu’après de long moment fasse à moi-même que je décidais de passer la porte. Ils étaient tous là, mes amis, mon équipage. Rayonnant et trépignant de joie ils me dirent : « regarde-nous y sommes, le sommet du mont « Avenir », d’ici on peut voir le temple du paladin ».

Nous connaissions enfin la route pour notre prochaine escale !

C’est ainsi que quelques heures plus tard je vous écris ces lignes, emplis de joie par la promesse du voyage à venir. Le temps est venu maintenant de se reposer, nous reprenons bientôt la mer.

Je vous dis à très bientôt, je vous souhaite bon vent que votre aventure soit aussi riche que la mienne

Gauthier

By | 2017-05-17T15:19:29+00:00 juillet 26th, 2016|4 héros, L'Aventurier, News|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire