De l’adulte roi a l’adulte tyran

Source originale : http://feedproxy.google.com/~r/lebonheurpourlesnuls1/~3/gzrU6ca1xTI/

The Fairy Queen

La fin du siècle dernier a vu une génération d’enfants rois prendre le pouvoir dans les familles. Ces enfants souffraient non pas de carences affectives mais de carences éducatives. Produits d’une éducation permissive, ces enfants ont en effet été mis au centre de la cellule familiale.

C’est en tous cas ce que nous apprend Didier PLEUX dans son dernier ouvrage "De l’adulte roi à l’adulte tyran". Car ces enfants rois sont devenus pour certains… des adultes rois.

Il y a plus de 30 ans, ce docteur en psychologie du développement recevait dans son cabinet des patients qui souhaitaient renouer avec leur singularité. Mais depuis une bonne décennie, il découvre des personnalités aux comportements de plus en plus égocentriques. Lancés dans une quête absolue du plaisir de vivre, ils souffrent surtout d’une "pathologie de l’hypertrophie de l’égo".

Ces patients LFT ("Low Frustration Tolerance") sont des adultes rois "intolérants aux frustrations". Habitués à faire "ce qu’ils veulent quand ils veulent", ils recherchent avant tout la satisfaction immédiate de leurs désirs et tentent de toujours tout obtenir sans effort. Adeptes de la philosophie du fun, rebelles à l’autorité, ils ont une tendance à la procrastination sur les tâches déplaisantes.

Ces "Moi Moi Moi" qui cherchent constamment à briller sont en fait d’une grande vulnérabilité devant la réalité. Immatures, facilement sujets aux addictions, ils ne développent aucun "sentiment de l’autre". Ils ne ressentent pas de sentiment de culpabilité lorsqu’ils ne respectent pas autrui. Ils considèrent les autres comme des "moyens" d’assouvir leurs désirs. Et n’attendez jamais d’eux qu’ils se remettent en question dans leur rapport aux autres !

Selon l’auteur, ces adultes rois, ces CBB ("Can’t Be Bored") encore appelés par Albert ELLIS des BFB ("Big Fucking… Babies"), sont responsables de l’augmentation des incivilités. Petit portait au quotidien d’un "LFT" :

  • il est seul au monde,

  • il ralentit toute une file de voitures pour lire ses textos,

  • il parle haut et fort dans une file d’attente,

  • il commente le film pendant la séance,

  • il exige l’addition quand le serveur s’occupe des autres,

  • il met ses warnings et bloque la circulation pour aller acheter sa baguette de pain,

  • il se gare aux stationnements handicapés pour éviter de marcher quelques centaines de mètres,

  • il délègue en famille le rôle du "père ou de la mère Fouettard" au partenaire.. Pas question pour lui de participer à tout ce qui est frustrant dans l’éducation : l’hygiène, les rythmes de vie, le suivi scolaire… S’il existe des conflits par contre, il sortira vite de ses gonds.

  • il n’a jamais le temps non plus de participer à la "logistique" domestique : c’est le syndrome du "pacha" pour les hommes et de la "princesse" chez les dames.

  • il peut quitter du jour au lendemain et sans remord femme et enfants pour un "coup de foudre".

Avez- vous reconnu un collègue, un collaborateur ou même un conjoint dans cette description ? Si c’est le cas et pour ne plus être leur victime, Didier PLEUX vous conseille de le "rééduquer" . La stratégie à adopter est de savoir être "conflictuel" et s’affirmer dès le "premier passage à l’acte" pour sanctionner rapidement si c’est possible.

Creative Commons License photo credit: David Blackwell.

By | 2017-05-17T15:19:21+00:00 août 16th, 2016|Twitter|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire