Ne pas faire de suppositions

Source originale : http://apprendresursoi-et-avancer.com/ne-pas-faire-de-suppositions/

Le troisième accord toltèque est de « ne pas faire de suppositions ».

On a souvent tendance à faire des suppositions à propos de tout. En soi, faire des suppositions n’a rien de mal. Par contre, les difficultés vont arriver quand on prend ces suppositions pour la vérité sans chercher à les confronter à la réalité.

  • je me dis que
  • je crois que
  • je suppose que
  • il me semble que
  • je pense que…

On suppose sur ce que les autres font ou pensent, on s’imagine à leur place. Et tellement sûr que ce qu’on pense est vrai (sans même chercher à le vérifier), on peut finir par en faire une affaire personnelle, et même jusqu’à en vouloir aux autres pour ce qu’on s’imagine qu’ils pensent…

De nombreux drames (colères, tristesses, déceptions…) auxquelles ont est confronté dans notre vie proviennent de cette habitude de faire des suppositions, de prêter des intentions à autrui et de prendre les choses personnellement, sans même demander pour s’assurer que ce qu’on pense est vrai.

 

Une communication imaginaire

Mais d’où nous vient cette difficulté de demander des explications ? Est-ce une peur d’être remis en cause, de se montrer, de montrer une incompétence ou une lacune, d’avoir tort, de se sentir faible, de se rendre compte qu’on ne sait pas… ?

Toujours est-il qu’à être persuadé que les suppositions qu’on fait sont vraies, on finit par les défendre et donner tort à l’autre.

A croire qu’on se complait dans notre rôle de madame Irma : voir la vie et les gens à travers notre boule de cristal, et faire des lectures de pensées.

Un des postulats de la PNL dit : la carte n’est pas le territoire.

Qu’est-ce que ça signifie ?

Imaginez. Vous regardez la carte du Tadjikistan, sans jamais y mettre les pieds. Vous pensez vraiment que l’étude, même approfondie de la carte va vous suffire pour prétendre connaître le pays ? Pas sûr hein !

Pour les gens c’est exactement pareil : la carte qu’on se crée dans notre tête, ce qu’on s’imagine de l’autre est souvent bien loin de la réalité de son territoire, de sa vraie vie.

 

Une communication défaillante

Par exemple, on suppose souvent que notre partenaire sait ce qu’on veut. On croit donc qu’il n’est pas nécessaire de le lui dire. On pense qu’il/elle va faire ce qu’on veut, ce qu’on désir, parce qu’il/elle nous connaît bien. Et s’il ne le fait pas, c’est la catastrophe, on se sent blessé et on le lui reproche : Comment tu peux ne pas savoir ?! Tu aurais dû savoir…

Pareil pour un engagement par exemple, de vie de couple : on peut considérer que notre partenaire a la même vision que nous de cet engagement et de la vie à deux. Avec le temps on se rend compte que ce n’est pas forcément le cas, et il peut en résulter beaucoup de conflits. Malgré tout, on ne va même pas toujours chercher à clarifier nos sentiments par rapport à ça, on reste dans le ressenti, et petit à petit on les accumule, empoisonnant lentement mais sûrement notre relation. Ce qui se passe dans la vie de couple est bien sûr aussi valable pour une relation amicale ou même professionnelle entre collègues, hiérarchie ou avec nos clients.

Tant qu’on suppose sans chercher à vérifier, on va juste interpréter ce qu’on perçoit à travers nos propres filtres du moment, qui sont souvent très loin de la réalité.

Autre exemple : l’homme rentre à la maison après le travail, sa femme est fâchée mais il ne sait pas pourquoi. Peut-être lui a-t-elle prêté certaines intentions. Sans rien lui dire de ce qu’elle voulait, elle a supposé qu’il la connaissait et l’aimait assez pour savoir ce qu’elle désirait sans qu’il soit nécessaire de le lui dire, comme s’il pouvait lire dans son esprit. Elle est donc irritée parce qu’il n’a pas comblé ses attentes.

Il est intéressant de voir combien on peut souvent avoir besoin de tout justifier et expliquer, de tout comprendre pour nous rassurer. Et pourtant, il y a des millions de questions auxquelles nous n’avons pas de réponses, et il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut pas expliquer.

Mais en fait peut importe que la réponse soit correcte, le seul fait de trouver une réponse peut nous rassurer.

Les gens nous disent quelque chose : on fait des suppositions sur ce que sont leurs motivations. Ils ne nous disent rien : on fait alors d’autre suppositions pour combler notre besoin de savoir, et remplacer celui de communiquer. On ne cesse de supposer. Est-ce parce que nous n’avons pas le courage de poser des questions ?

Et pourtant, poser une question n’est pas si compliqué que ça.

 

Une communication vraie

Essayez d’imaginer le jour où on arrêtera de prêter des intentions aux personnes présentes dans notre vie. Notre manière de communiquer changera complètement et nos relations ne souffriront plus des conflits engendrés par des hypothèses erronées.

Et le meilleur moyen de nous empêcher de faire des suppositions est de poser des questions, vérifier que nos communications soient claires. Si on ne comprend pas, demandons.

On a tous le droit de questionner. Et chacun a aussi le droit de dire « oui » ou « non », nous comme les autres.

Ayons le courage de poser des questions jusqu’à ce que tout soit aussi clair que possible.

Et quand on a la réponse obtenue, alors on n’a plus besoin de faire de suppositions, sans pour autant croire qu’on sait tout, même une fois qu’on a la réponse.

En communiquant clairement, nos relations vont changer. Les choses deviendront beaucoup plus claires, et notre parole deviendra alors impeccable.

Imaginez ce que deviendraient les problèmes humains si nous avions simplement une communication claire et adaptée.

Souvent, ces habitudes de suppositions sont inconscientes. Les ramener à la conscience et comprendre l’importance de cet accord est donc le premier pas à franchir. Mais ce qui va faire vraiment la différence c’est ce qu’on en fait, c’est l’action. Le mettre en pratique jour après jour va renforcer notre volonté et établir des fondements solides pour que se développe une nouvelle habitude de communications et de vie meilleure.

By | 2017-05-17T15:20:16+00:00 avril 26th, 2016|Twitter|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire