Ad
Ad
Ad
Tag

Alchimiste

Browsing

Pour le Dzogchen Ponlop Rinpoché, maître tibétain atypique : être bouddhiste au XXIe siècle, c’est d’abord être un rebelle.

Ponlop Rinpoché vit sa fonction honorifique en parfaite adéquation avec son temps.
Ponlop Rinpoché vit sa fonction honorifique en parfaite adéquation avec son temps. © Chapman-to
Depuis plus de vingt ans que je navigue dans le milieu bouddhiste, c’est la première fois que je rencontre un maître tibétain comme Ponlop Rinpoché. Fan de rock et de séries américaines, curieux et spontané, il possède une liberté de ton inattendue, que l’on peut découvrir dans Bouddha rebelle (éditions Belfond). Ses propos font voler en éclats les représentations naïves, teintées d’un exotisme désuet, de l’Occident sur le bouddhisme. Et montrent qu’il est possible de transmettre cette tradition tout en l’affranchissant de ses ornements cultuels et culturels.
Catherine Barry : Rinpoché – littéralement « précieux » en tibétain – est un titre honorifique réservé aux grands maîtres qui se réincarnent pour poursuivre leur transmission des enseignements bouddhistes de vie en vie. Que cela signifie-t-il concrètement au XXIe siècle ?

Dzogchen Ponlop Rinpoché : Les rinpoché ont, en général, dès leur naissance un destin tout tracé. Né en Inde, ordonné moine à neuf ans, élevé dans un monastère, le mien me destinait à assurer les devoirs liés à ma charge tout en profitant des avantages liés à ma fonction. Mais, en grandissant, il m’a semblé plus juste d’explorer la pertinence de ma tradition à l’aune de la modernité, et de remettre en question mon rôle et la manière dont est transmis le bouddhisme au XXIe siècle. Il y a tellement d’idées fausses véhiculées à son propos. Je ne me situe donc pas comme un rinpoché, mais comme un enseignant du bouddhisme, toujours en apprentissage.

Quels sont les préceptes du bouddhisme qui vous semblent essentiels ?

L’amour, la bienveillance et la sagesse. Ces principes permettent de dépasser nos insuffisances humaines. Nous pouvons tous apprendre à ouvrir notre esprit et à en finir avec nos attentes vaines et illusoires. La sagesse enseigne à mettre en perspective nos pensées, nos émotions, nos croyances. Cette forme de questionnement est créatrice. Dans un contexte de crises économiques et existentielles comme celles que nous connaissons actuellement, nous devons, plus que jamais, rester curieux, en éveil, et ouvrir notre coeur à l’inconnu qui se présente. Cela, quelles que soient les circonstances.

Vous dites que, quand la souffrance est intolérable, elle peut être à l’origine d’une absolue remise en question de nos pensées…

Quand tout se passe bien, nous ne remettons pas en cause les relations que nous entretenons avec les autres. En revanche, dès que quelque chose cloche, nous commençons à douter de leur pertinence. Cela signifie que nous n’acceptons de modifier notre point de vue que lorsque nous souffrons. Le bouddhisme n’empêche pas de souffrir quand on le pratique, il nous pousse, au contraire, à nous confronter à la réalité de la souffrance, qui est indissociable de l’existence. La nier ne sert à rien. C’est ce qu’enseigne le bouddhisme : à l’accepter et à se remettre en question pour transformer le type de relation que nous entretenons avec elle. Pour cela, il montre comment mettre de la distance entre la douleur et nous en utilisant la raison. Comment éprouver un sentiment de bonté vis-à-vis de soi et de toutes les personnes concernées par la situation qui pose problème. C’est un changement radical d’attitude qui n’est ni fataliste ni masochiste, puisque ce comportement vise à ne plus subir la douleur, à ne plus s’identifier à elle. Cela s’apprend. C’est ce que j’essaye de transmettre.

La méditation est à la mode en Occident. Qu’en pensez-vous ?

En se démocratisant, le bouddhisme s’est aseptisé. En Occident, il est souvent associé à une thérapie, et non plus à une spiritualité. Ce qui est une hérésie pour les Asiatiques. Cela dit, la méditation présente de nombreux aspects et permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi, qui aide à aller mieux, à être moins stressé et moins angoissé.

Quel est le sens de la vie, selon vous ?

D’un point de vue bouddhiste, la vie n’a ni sens ni objectif. Je sais bien que cette réponse, abrupte, risque de choquer vos lecteurs, mais, pour moi, elle est évidente et pragmatique. Elle prend en compte la réalité de l’impermanence, le fait que rien n’existe en soi, que rien ne dure, que tout change sans cesse. L’accepter m’autorise à me montrer lucide et m’empêche d’adhérer, une fois pour toutes, à des concepts et à des idées préconçues. Si nous considérons que nous naissons pour suivre des objectifs précis, nous sommes emprisonnés dans des schémas, des directions. C’est contraignant, sclérosant. Il est préférable de créer les buts que nous nous fixons au fur et à mesure que nous évoluons. Nous possédons tous la liberté de le faire. Le savoir nous encourage à devenir autonomes, à nous déconditionner de notre éducation, de nos peurs, de nos habitudes. Cela demande du courage, de faire preuve de discernement et de patience. Mais procéder ainsi, c’est vivre en cohérence avec la loi de l’impermanence. Tout bouge constamment. Le sens que nous donnons aux choses aussi.
Votre définition du bonheur ?

Nous courons tous après, mais c’est quelque chose qui demeure très mystérieux à mes yeux. Trop souvent, notre conception de ce que nous nommons, communément, le bonheur dépend de nos états mentaux, et de nos conditions extérieures et intérieures. Le bonheur authentique naît et réside dans notre esprit. C’est un sentiment de contentement, de plénitude, qui se découvre en questionnant sans cesse, avec enthousiasme et curiosité, ce que nous expérimentons. La plupart des gens ne sont pas heureux, car ils veulent posséder le bonheur, alors qu’il ne se consomme pas. Découvrir sa saveur suppose de faire preuve de persévérance, de discipline, de vigilance, de développer la conscience du moment présent, et de connaître la loi de cause à effet. Ce n’est qu’ainsi que, peu à peu, cet état de sérénité et de paix intérieure que l’on nomme bonheur devient stable. Nous sommes responsables du monde dans lequel nous vivons.

Le titre de votre livre : Bouddha rebelle est provocant. Sommes-nous tous des bouddhas rebelles en puissance ?

Oui. Le Bouddha nous a enseigné il y a plus de 2 500 ans à remettre en question nos croyances. Cette forme de révolution intérieure, dirigée contre nos pensées et nos émotions, est destinée à nous permettre de découvrir qui nous sommes vraiment. Ce qui implique de prendre le risque de mieux se connaître, de laisser tomber les masques sociaux qui nous déterminent et nous spécifient. Le message essentiel du Bouddha rebelle est pour moi : comment devenir un être humain libre et responsable ? Cette exploration de la réalité, vers la liberté, est passionnante et amusante. C’est un voyage plein de surprises. Quand on avance, une sensation d’espace, de joie tranquille et d’ouverture grandit et s’épanouit en nous. Ce cheminement reste sans aucun doute l’une des dernières grandes aventures de notre époque.

Propos recueillis par Catherine Barry. Article original : Le Point

Je termine actuellement la biographie de Élisabeth Kübler-Ross.

Je repense à deux passages en particulier.

Dans un premier, elle raconte comment, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les habitants d’un village à la frontière franco-suisse, détruit par la guerre, utilisaient les jeunes prisonniers allemands comme détecteurs de mines vivants pour déminer leurs champs. Elle essaya, sans succès de faire cesser cette pratique inhumaine. La haine de la population contre les Allemands était trop grande. Ainsi sont morts de la main d’hommes meurtris par les souffrances et le deuil, d’autres hommes, dont certains étaient également de jeunes pères de famille.

Dans un second passage, elle raconte sa rencontre avec la maman de Janek. Janek est le seul survivant de sa fratrie. Ses 12 frères et soeur sont morts dans le camp d’extermination de Majdanek. Sa maman et Janek ont survécu quasiment par hasard.

Comment imaginer que cette mère puisse continuer à vivre après ce cauchemar ? Qu’aurions-nous fait à sa place ? Quelle solution a t’elle trouvé pour ne pas devenir folle ?

« Elle décida de travailler dans un hôpital allemand et de soigner des enfants allemands blessés pendant la guerre pour se protéger elle-même contre la haine et l’amertume. La jeune fille juive se rendit compte que seul l’amour peut combattre le mal. »

Et, chez elle, ce n’est pas juste de l’angélisme, des bonnes intentions ou de belles paroles. Elle est passée à l’action en donnant son temps et son amour à ces enfants allemands.

Je me pose la question pour moi. Qu’aurais-je fait à la place des villageois français ? Et qu’aurais-je fait si Janek avait été mon fils ?

Je fais également le lien avec la manière dont nous gérons tous collectivement nos émotions face aux informations dramatiques dont nous sommes bombardés chaque jour.

Comment allons-nous guérir nos propres émotions ? Quel chemin allons-nous choisir face aux horreurs commises par d’autres hommes ? Chacun d’entre nous a la liberté de choisir quelle voie emprunter pour guérir (ou pas)…

L’écrivain et designer Graham Hill pose la question : en ayant moins de choses, dans moins d’espace, peut-on être plus heureux ? Il préconise d’occuper moins d’espace et établit trois règles pour changer votre vie.

[fusion_builder_container hundred_percent= »yes » overflow= »visible »][fusion_builder_row][fusion_builder_column type= »1_1″ background_position= »left top » background_color= » » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » spacing= »yes » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » padding= » » margin_top= »0px » margin_bottom= »0px » class= » » id= » » animation_type= » » animation_speed= »0.3″ animation_direction= »left » hide_on_mobile= »no » center_content= »no » min_height= »none »][ted id=1238 lang=fr]

Transcription de la vidéo :

0:19 Qu’est ce qu’il y a dans la boite ? Quoi que ce soit, ça doit être important, parce que j’ai voyagé avec, j’ai déménagé, d’appartement en appartement en appartement.

0:30 (Rires)

0:32 (Applaudissements)

0:35 Ça vous parait familier ? Saviez-vous que nous les Américains nous avons trois fois plus d’espace que ce que nous avions il y a 50 ans ? Trois fois plus. Alors on pourrait penser, avec tout cet espace en plus, que nous avons plus de place pour nos affaires. Et non. Il y a un tout nouveau filon, une industrie qui fait 22 milliards de dollars, 2,2 milliards de mètres carrés : c’est celle du self-stockage. Nous avons donc trois fois plus d’espace mais nous sommes devenus de si bons acheteurs que nous avons besoin d’encore plus de place. Où nous amène tout ceci ? Plein de dettes des cartes bancaires, une lourde empreinte écologique, et probablement pas par hasard notre niveau de bonheur s’est stabilisé dans les 50 dernières années.

1:22 Je suis là pour suggérer qu’il y a un meilleur moyen, que moins pourrait en fait vouloir dire plus. Je parie que la plupart d’entre nous avons vécu à un moment le bonheur du ‘moins’ : à la fac – dans votre dortoir, en voyageant – dans une chambre d’hôtel, au camping – avec presque rien, peut-être en bateau. Quoi que ce fut, je parie, entre autres, que ça vous a donné plus de liberté, un peu plus de temps. Je vais donc suggerer que moins de choses et moins d’espace équivalent à une plus petite empreinte. En fait c’est un moyen formidable d’économiser de l’argent. Et ça vous rendra la vie plus facile.

2:02 J’ai lancé un projet qui s’appelle « Life Edited » sur lifeedited.org pour poursuivre la conversation et pour trouver de formidables solutions dans ce domaine. D’abord : j’ai meublé mon appartement de 39 m2 à Manhattan en crowdsourcing avec des partenaires comme Mutopo et Jovoto.com. Je voulais tout — un bureau, une table pour diner à 10, une chambre d’amis, et mon matériel de kitesurf. Avec plus de 300 offres du monde entier, je l’ai eu, ma boite a bijoux. En achetant un espace de 39 m2 au lieu de 55, j’ai immédiatement économisé 200 000 dollars. Un plus petit espace produit des factures plus légères — on économise de ce côté-là, mais également un plus petit impact sur l’environnement. Et puisqu’il est conçu sur la base d’une collection d’objets – mes affaires préférés — et conçu vraiment sur mesure pour moi je suis vraiment enthousiaste d’y être.

2:56 Comment peut-on vivre avec peu ? Trois approches essentielles. D’abord, il faut être impitoyable dans le choix. Il faut nettoyer les artères de nos vies. Et ce t-shirt que je ne porte plus depuis des années ? Il est temps de le laisser partir. Il faut couper tout ce qui est superflu dans nos vies, et il faut apprendre à arrêter le flux entrant. Il faut réfléchir avant d’acheter. Demandons-nous, « Est-ce que ça me rendra vraiment plus heureux ? Vraiment ? » Absolument, nous devrions acheter et posséder des choses formidables. Mais nous voulons des choses que nous allons aimer pendant des années, pas juste des choses.

3:33 Deuxièmement, notre nouveau mantra : petit c’est sexy. Nous cherchons l’efficacité de l’espace. Nous voulons des choses qui soient conçues pour la manière dont on les utilise la plupart du temps, non pas dans de rares occasions. Pourquoi posséder une table de cuisson à six foyers quand on en utilise rarement trois ? Nous voulons des choses qui s’emboîtent, nous voulons des choses qui s’empilent et nous voulons numériser. Vous pouvez prendre la paperasse les bouquins, les films, et vous les faites disparaitre – c’est magique.

4:01 Et enfin, nous voulons des espaces multifonctionnels et des équipements de cuisine — un évier combiné avec une toilette, une table devient un lit — même espace, une petite table d’appoint s’allonge pour recevoir 10 personnes. Dans le schéma gagnant de Life Edited que vous voyez ici, nous combinons un mur mobile avec des meubles transformables pour exploiter l’espace. Regarder la table basse — elle s’allonge en hauteur et largeur pour recevoir 10 personnes. Mon bureau se replie. se cache facilement. Mon lit sort du mur avec deux doigts. Des amis ? On déplace le mur, il y a des lits d’amis repliables. Et bien sûr, mon propre cinéma.

4:43 Je ne dis pas que nous avons tous besoin de vivre dans 39 m2. Mais prenez en considération les avantages d’une vie remaniée. Passez de 280 à 185, de 140 à 92. La plupart d’entre nous, peut-être même tout le monde, sommes à peu près heureux pour quelques jours avec deux valises, un petit espace, une chambre d’hôtel peut-être. Quand vous rentrez chez vous et passez la porte, arrêtez-vous une seconde et demandez-vous, « Est-ce que je pourrais remanier un petit peu ma vie? Cela me donnerait-il un peu plus de liberté ? Peut-être même plus de temps ? »

5:16 Qu’est-ce qu’il y a dans la boite ? Ça n’a pas d’importance. Je sais que je n’en ai pas besoin. Qu’est ce qui est dans la vôtre ? Peut-être, je dis peut-être, moins pourrait vouloir dire plus. Faisons de la place aux affaires qui comptent.

5:35 Merci.

5:37 (Applaudissements)

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

Dans le cadre de mon projet de livre, j’ai demandé à quelques illustrateurs de faire une proposition pour le personnage de l’Alchimiste.

La demande était la suivante :

  • Un personnage féminin, environ 60 ans. Si les années se lisent sur son visage et son corps, elle reste dynamique, vivante, pleine d’énergie, féminine et toujours malicieuse.
  • Elle tient un grand bâton en bois sec et noueux. Si nécessaire, elle pourrait l’utiliser comme une arme magique.
  • À sa ceinture pendent des petits objets : fioles de potions de différentes couleurs, cristaux, pierres et coquillages.
  • Ses vêtements sont blancs et pourpres avec quelques broderies dorées.
  • Elle se tient debout immobile, son bâton en main. Elle sourit avec un regard doux et bienveillant.
  • À son âge, elle est rayonnante. Son corps et son visage incarnent la sagesse, la paix et la bonté.

Avant d’aller plus loin et de leur demander de développer les personnages au complet, pouvez-vous votez pour votre style préféré et éventuellement noter ce que vous changeriez dans les différentes propositions ci-dessous ?

Merci de vos précieuses contributions qui affinent et font avancer le projet !

PS : le petites images sont cliquables pour les agrandir.